Blog

COMMUNIQUE

Une éducatrice et élue du personnel est actuellement visée par une procédure de licenciement par la direction de la Sauvegarde qui l'emploie. Sa direction lui reproche d'avoir, suite à la défenestration d'un jeune, Denko Sissoko, dans une structure hébergeant des mineurs isolés étrangers, dénoncé dans les médias les conditions manifestement insuffisantes de prise en charge et d'accompagnement de ces mineurs.

J’ai déjà pu écrire sur ce site sur la question du partage d’informations nominatives dans le cadre du service social du travail, notamment autour des commissions sociales de CE ou des questions d’autorité et de pouvoir à comprendre et analyser afin de penser le partage ou la transmission d’une information.

Si ce site défend le secret professionnel il n’en demeure pas moins soucieux de l’exigence de bientraitance sur les usagers. Trop longtemps au nom du souci de « laver le linge sale en famille » on ne l’a tout simplement … pas lavé. Il ne fallait pas porter atteinte à la notoriété d’une institution. Et tant pis si cela se faisait au détriment d’une poignée d’usagers ! On se souvient ainsi à la fin des années 90 de l’association Cheval pour tous ou plus récemment de l’Ecole en bateau.

[ATTENTION : Depuis la publication de cet article, la proposition de loi a été censurée sur la forme (et non sur le fond) par le Conseil Constitutionnel du fait de sa saisine par des parlementaires "Les Républicains". Le texte qui a été mis en ligne le 6 janvier 2017 est donc caduque dans ses références au 371-1 du code civil tel que le législateur avait prévu de le modifier. Néanmoins, il contient des réflexions et propositions que nous laissons en ligne. Prudence donc dans la lecture : le 371-1 n'est pas modifié.

Pages